Nathalie et Cathy, ses plus proches amies racontent Charlotte Valandrey

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
DR
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Nathalie et Cathy, ses deux amies intimes, ont accompagné  Charlotte Valandrey jusqu’au bout et nous parlent entre rires et larmes.

Nathalie, longue liane aux cheveux châtain clair, de cinq ans sa cadette, mère de deux enfants, a rencontré Charlotte dans sa ville natale de Pléneuf-Val-André il y a une trentaine d’années. « J’avais 18 ans quand j’ai croisé son regard bleu intense pour la première fois sur le sable du Val-André, se souvient-elle. Je ne comprenais pas pourquoi une si jolie fille n’avait pas de petit ami. Un soir d’été, au coucher du soleil, Charlotte m’a alors livré son terrible secret, sa séropositivité. C’était une femme très honnête. Avec les garçons, si l’un d’eux lui plaisait, elle lui révélait spontanément sa maladie. Mais ce seul mot suffisait à les faire fuir. J’ai compris à quel point l’amour était vital pour mon amie. C’est sa rencontre avec Arthur Lecaisne, et surtout la naissance de sa fille, Tara , âgée aujourd’hui de 22 ans, qui comblera ce manque. Tara était le miracle de sa vie, son soleil, sa raison d’être. Elle est forte, fragile et courageuse comme sa maman. Elle n’a pas quitté sa mère durant toute la durée de son hospitalisation.

Lire aussi:Yann Moix raconte Charlotte Valandrey : «C'est la soeur que j'aurais dû avoir»

Cette journée du 13 juin, quand son médecin lui annonça que son greffon était enfin arrivé, Charlotte était belle, heureuse et euphorique. Le lendemain, jour de son opération, et avant son départ pour le bloc opératoire, on se téléphone vers 5h30 du matin. Elle me demande de lui envoyer cette fameuse photo des coquelicots que j’avais réalisée et qu’elle aimait tant, pour partager avec ses abonnés. Puis tout s’est très vite enchaîné. Sa famille a contacté ses amis, le 12 juillet, pour qu’on lui dise au revoir. Je l’embrasse et lui murmure que c’est moi, Nath, que je l’aime. J’étais là pour elle,(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles