Natalité : le nombre de naissances chute nettement au premier semestre 2023

La France fait face à un défi démographique croissant : la natalité est en baisse constante depuis des décennies. (photo d'illustration).  - Credit:Emma BUONCRISTIANI / MAXPPP / PHOTOPQR/LE BIEN PUBLIC/MAXPPP
La France fait face à un défi démographique croissant : la natalité est en baisse constante depuis des décennies. (photo d'illustration). - Credit:Emma BUONCRISTIANI / MAXPPP / PHOTOPQR/LE BIEN PUBLIC/MAXPPP

Le nombre de naissances en France, qui avait déjà atteint en 2022 un plus bas depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, a encore chuté de près de 7 % au premier semestre 2023 par rapport à la même période de l'année précédente, a annoncé l'Insee jeudi. « Au premier semestre 2023, on compte 24 400 naissances de moins qu'en 2022, soit une baisse de 6,8 % », indique l'Institut national de la statistique (Insee).

« En glissement annuel, le mois de juin 2023 est le 12e mois consécutif de baisse ». « Mis à part les mois de janvier et février 2021, affectés par le confinement du printemps 2020, les mois du début de l'année 2023 correspondent aux plus faibles nombres de naissances mensuels enregistrés depuis 1994 », première année où les données mensuelles sont disponibles, indique l'Insee.

En baisse de plus de 2 % en 2022

Durant l'année 2022, 726 000 bébés sont nés, soit 2,2 % de moins qu'en 2021. C'est le nombre de naissances le plus faible depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, indique l'Insee, confirmant des données publiées en janvier. Les naissances sont inférieures de 20,8 % par rapport au pic de l'après-guerre, en 1971.

À LIRE AUSSI Comment le vieillissement de la population affecte l'économie

Depuis 2011, les naissances reculent chaque année, à l'exception de l'année 2021, venant après les confinements du Covid. En douze ans, entre 2010 et 2022, le recul atteint 12,8 %.