Natalie Portman répond à l’attaque de Rose McGowan

Rose McGowan a reproché à Natalie Portman d’avoir fait preuve d’une fausse bravoure lors de la soirée des Oscars, avec sa cape brodée des noms des réalisatrices qui n’avaient pas été nommées. Natalie Portman a répondu à ses critiques dans un communiqué.

Natalie Portman avait cru bien faire lorsqu’elle a décidé de faire broder en lettres d’or les noms des réalisatrices qui auraient pu être nommées aux Oscars cette année. Avec ce geste subtil, l’actrice de 38 ans souhaitait pointer du doigt l’absence totale de femmes dans la liste des nommés pour le prix du meilleur réalisateur de l’année. L’action de la jolie brune n’a malheureusement pas fait l’unanimité… Rose McGowan a attaqué Natalie Portman pour son geste, dans une publication Facebook mise en ligne mercredi 12 février 2020.

La star aperçue dans «Charmed» et dans «Scream» s’était d’abord indignée de l’acte de Natalie Portman, qui selon elle n’était pas une preuve de bravoure. «Courageux ? Non, pas du tout. On est plutôt sur une actrice qui joue le rôle de quelqu’un qui en a quelque chose à faire. Comme la plupart d’entre elles le font. Je trouve le type d’activisme de Portman profondément offensant pour nous qui faisons tout le travail. Je n’écris pas ça par amertume, mais par dégoût», avait-elle écrit. Rose McGowan avait ensuite rappelé que la star de «Black Swan» avait très peu tourné avec des femmes réalisatrices : «Natalie, tu n’as tourné qu’avec deux femmes réalisatrices dans ta longue carrière – l’une d’entre elles était toi. Tu as une société de production qui n’a engagé qu’une seule femme réalisatrice – toi», poursuivait-elle.

La réponse honnête de Natalie Portman

La réponse de Natalie Portman ne s’est pas fait attendre… Le magazine «People» a adressé un communiqué rédigé par l’actrice ce même mercredi 12 février : «Je suis d’accord avec Mme McGowan pour dire qu’il est inapproprié de me qualifier "courageuse" pour avoir porté un vêtement avec des noms de femmes dessus. "Courageuse" est un terme que(...)


Lire la suite sur Paris Match