Nasser Negrouche: «la boxe a perdu de son magnétisme, de sa magie, de sa crédibilité»

USA TODAY Sports - Mark J. Rebilas

La boxe anglaise, surnommée le « noble art », fait-elle toujours rêver ? La discipline, auréolée de légendes comme Mohamed Ali, Mike Tyson, Joe Frazier ou encore Georges Carpentier, a beaucoup évolué ces dernières décennies, qu’il s’agisse de la boxe amateur ou professionnelle. Ces dernières années, elle a évolué au point d’être désacralisée, selon Nasser Negrouche, journaliste, ancien boxeur amateur international et spécialiste de ce sport. Pour RFI et l'émission Décryptage, il détaille les dangers qui la menacent.

RFI : Nasser Negrouche, peut-on toujours parler de noble art pour qualifier la boxe, selon vous ?

Nasser Negrouche : C'est vrai que la question se pose, le Noble art a perdu énormément de son magnétisme, de sa magie, de sa crédibilité surtout, et on vit une crise indéniable. Il y a une autre crise qui, effectivement, rompt avec toute une histoire qui a fasciné le public : le monde du cinéma, le monde de la littérature. C’était un sport qui avait une aura particulière qui aujourd'hui, n'est plus là.

Qu'est-ce qui explique cette crise et pourquoi, selon vous, la boxe fascine moins aujourd'hui ?

Aujourd’hui, c'est devenu un sport très commercial, c'est-à-dire qu'il y a vraiment une nouvelle manière de pratiquer la boxe sous forme de hobby, de loisir, de distraction. Mais on n'est plus du tout dans ces usines à champions qu'on avait jadis, y compris en France, et dont la vocation était de fabriquer des champions, de former des gens destinés à aller au plus haut niveau de ce sport.


Lire la suite sur RFI