Nasrallah menace Israël d'une guerre si le Liban n’est pas autorisé à exploiter ses ressources gazières

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le médiateur américain dans les négociations sur le tracé des frontières entre le Liban et Israël, Amos Hochstein, est attendu ce dimanche 31 juillet à Beyrouth. Cette visite intervient après les menaces explicites du chef du Hezbollah Hassan Nasrallah de recourir à la guerre si le Liban n’était pas autorisé à exploiter ses ressources gazières en même temps qu’Israël.

Quelques heures avant l’atterrissage de l’avion d'Amos Hochstein à Beyrouth, dimanche, le Hezbollah a réitéré ses menaces contre Israël. La télévision du parti chiite al-Manar a diffusé une courte vidéo intitulée « Dans le viseur », montrant ce qui semble être une rampe de lancement de missiles.

La vidéo énumère les noms de plateformes gazières et de plusieurs unités flottantes de production et d’extraction de gaz actives dans les eaux israéliennes, avec des coordonnées géographiques, précise notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh. Le message fait écho aux menaces explicites du chef du Hezbollah d’attaquer les infrastructures gazières israéliennes si Tel-Aviv commençait les opérations d’extraction dans le champ de Karish, situé à la lisière de la zone d’exclusivité économique du Liban.

Désamorcer la crise

À deux reprises depuis début juillet, Hassan Nasrallah a, pour la première fois, menacé d’une guerre si le Liban, qui ploie sous une crise économique sans précédent, n’était pas autorisé à exploiter ses ressources gazières en même temps qu’Israël.


Lire la suite sur RFI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles