NasDas casse Snapchat : l'influenceur a offert plus de 15 000€ à ses abonnés, par pure générosité

Son pseudo ne vous dit peut-être pas grand chose et pourtant, NasDas (Nasser de son vrai nom) est l'un des influenceurs les plus puissants du moment. Fort de ses 2,9 millions d'abonnés sur Snapchat - un compteur qui explose toujours plus chaque jour et qui pourrait atteindre les 4 millions d'ici l'été, le jeune homme de 25 ans est devenu le grand frère préféré des jeunes en quelques mois seulement.

Qui est NasDas ?

Son créneau ? Il met en avant sa ville (Perpignan), son quartier (Saint-Jacques) et surtout le quotidien de ses habitants à travers des Snaps toujours très forts. Et pour cause, NasDas n'hésite jamais à montrer la réalité d'une ville dirigée par un maire issu du Rassemblement National et à se mettre en scène auprès de son équipe - composée notamment de Tounsi, Samos, BillyDZ, l'homme masqué, 4BDV ou encore Cappuccino, afin d'aider une population dans le besoin.

Un naturel bluffant et une bonne humeur communicative à l'origine de son succès - il a notamment acquis une certaine crédibilité auprès de rappeurs importants comme Kaaris, l'Algerino ou encore Soolking, et une générosité qui n'a aucune limite. Comme il le confiait en mars dernier à Usbeketrica, "Je dois être à 230 000€ en virements bancaires", autrement dit en distributions de billets ou de cadeaux sous la forme de dons auprès de familles nécessiteuses, de rémunérations pour des petits boulots de nettoyage de la ville ou de financements pour l'évolution...

Lire la suite


À lire aussi

Panne de Youtube : 10 $ offerts aux abonnés Premium en guise d'excuses
Snapchat revient en force : des abonnés plus nombreux grâce à gender swap ?
Chase Stokes (Outer Banks) : sa soeur menacée de mort après un selfie avec lui, il craque, "je me casse"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles