La Nasa veut percer les secrets de ces mystérieux dômes à la surface de la Lune

L’exploration et la colonisation de Mars font rêver mais la Lune est bien plus à portée de main. Notre satellite naturel contient encore bien des secrets et le retour annoncé, aussi bien de rovers que d’Homo sapiens, sur la surface de la Lune au cours de la décennie 2020 devrait nous fournir des images spectaculaires, surtout si l’on tient compte du fait qu’elles pourront être en relief dans le métavers.

Parmi les énigmes qui attendent d’être percées avec la Lune, on peut citer celle de la nature des mascons, bien que l’on ait déjà des idées très plausibles à leur sujet, et aussi de la nature des dômes volcaniques de Gruithuisen, nommés en l’honneur de Franz von Gruithuisen (1774-1852), un naturaliste et astronome bavarois.

Pour comprendre pourquoi les dômes de Gruithuisen sont un mystère géologique lunaire, il faut déjà savoir que deux principaux types de roches dominent la surface de la Lune, le basalte des mers lunaires et l'anorthosite des hautes terres. On les repère facilement avec leur couleur depuis la Terre – les basaltes sont indiqués par les zones sombres et les anorthosites par les régions les plus lumineuses.

Les magnifiques dômes de Gruithuisen. Les dômes sont situés à 36,3° N, 319,8° E sur la Lune. L'image est d'environ 55 kilomètres de large, le nord est en haut. © Nasa, GSFC, Arizona State University
Les magnifiques dômes de Gruithuisen. Les dômes sont situés à 36,3° N, 319,8° E sur la Lune. L'image est d'environ 55 kilomètres de large, le nord est en haut. © Nasa, GSFC, Arizona State University

Toutefois, les études minéralogiques et morphologiques de la surface de la Lune menées à l’aide de satellites en orbite capables de faire de la télédétection et de l’imagerie à haute résolution, tels que le Lunar Reconnaissance Orbiter (LRO) de la Nasa ou Kaguya de la Jaxa, ont révélé quelques anomalies. Il s’agit généralement de quelques centres volcaniques dispersés et relativement petits, composés de roches riches en silice, telles que la rhyolite ou la dacite, c’est-à-dire des versions volcaniques extrusives du granit ou de la granodiorite. C’est le cas des dômes Gruithuisen, dont la composition chimique déduite des mesures faites avec l’instrument

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles