La Nasa teste ses robots pour Mars aux pieds de volcans islandais

AFP
Les robots de la nasa sont testés aux pieds de volcans islandais

MARS - Avant la prochaine mission sur Mars en 2020, c’est dans les champs de lave islandais que la Nasa prépare la poursuite du travail engagé par le robot Curiosity qui, depuis 2012, explore la planète rouge à la recherche de signes de vie.

Niché au pied du Langjökull, deuxième plus grand glacier d’Islande dans l’ouest de l’île, le champ de lave de Lambahraun a été durant trois semaines en juillet le terrain de jeu d’une quinzaine de scientifiques et ingénieurs envoyés par l’agence spatiale américaine, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article

L’île volcanique perdue au milieu de l’Atlantique-nord a quelque chose en elle de martien, avec son sable noir de basalte, ses dunes façonnées par le vent, des roches noires et les sommets des montagnes environnantes.

“Nous obtenons exactement le type de motifs et de transports de matériaux que les scientifiques souhaitent voir”, souligne sur place, bonnet vissé sur le chef, Adam Deslauriers, responsable espace et instruction pour Mission Control Space Services.

Cette société canadienne basée à Ottawa a été mandatée par la NASA pour tester un prototype d’astromobile dans le cadre du projet SAND-E (Navigation semi-autonome pour les environnements détritiques). 

Le petit véhicule électrique, parois blanches et châssis orange, se déplace grâce à quatre roues motrices, entraînées par deux moteurs latéraux, et qui fonctionnent comme une pelleteuse grâce à 12 petites batteries de voiture dissimulée à l’intérieur.

“Ce rover est fondamentalement indestructible”, assure Adam Deslauriers. “Ceux que nous avons sur Mars et la Lune seraient beaucoup plus sensibles à l’environnement et aux conditions de l’Islande : un rover lunaire n’est absolument pas préparé à la pluie”, dit-il... sous une averse.

 

Une machine à données  

Équipé de capteurs 3D, d’un ordinateur, d’une caméra à deux objectifs et d’instruments scientifiques, le rover piloté à distance ou à l’aide d’une télécommande meut ses quelque 570 kg à environ 20...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post