Nasa : pourquoi les Américains ne retourneront sans doute pas sur la Lune avant 2025 ?

·2 min de lecture

Bien avant la passe d’arme judiciaire entre la Nasa et Blue Origin au sujet du contrat de l’atterrisseur lunaire des missions Artemis (Human Landing System, HLS) attribué à SpaceX, contraignant la Nasa et SpaceX à stopper le développement de l’atterrisseur, de nombreux spécialistes du secteur spatial doutaient, voire étaient convaincus, que le retour sur la Lune dès 2024 était impossible.

Après que la Court of Federal Claims a rejeté la plainte de Blue Origin, la Nasa a convié la presse afin de présenter le nouveau calendrier du programme Artemis et a fixé à 2025 la date du retour des américains sur la Lune. Dans… trois ans donc ! Et étant donné le travail de développement, de qualification et de certification qu'il reste à réaliser, tant d’optimisme est pour le moins étonnant.

SpaceX et Elon Musk sont encore plus optimistes puisqu'ils proposaient il y a peu un retour sur la Lune, dès 2024 ! Soyons réalistes. Au mieux, 2025 pourrait être l’année d’une répétition générale d’une mission habitée sur la Lune, sans alunissage donc. La première mission habitée pourrait avoir lieu en 2028, voire 2027 si la Nasa obtient les budgets suffisants pour financer les retards qui s'annoncent.

Nasa : pourquoi les chances de retourner sur la Lune en 2024 s'amenuisent ?

Retards et dépassement de budget n'empêcheront pas le retour sur la Lune

Sur la base des retards moyens des grands programmes de la Nasa liés aux vols habités, on peut s’attendre à ce que l’atterrisseur lunaire, qui posera les astronautes sur la Lune, accuse un retard de plus de trois ans, alors que SpaceX et la Nasa sont convaincus de pouvoir le réaliser avant ! Cela dit, après plus de 50 ans d’attente (Apollo 11 s’est posé en juillet 1969 sur la Lune), nous ne sommes évidemment pas à trois ou quatre années près. Quant au lanceur lourd SLS, qui « vole » de records en records concernant les dépassements de budget et les retards par rapport aux plannings initiaux, on peut se demander si la mission Artemis 1, prévue le 12...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles