La Nasa a un plan pour voir la surface des exoplanètes dans un rayon de 100 années-lumière

Ce 29 juillet 2022, le célèbre site de l'Encyclopédie des planètes extrasolaires mentionne que la noosphère a découvert 5.121 exoplanètes depuis 51 Pegasi B, découverte alors faite grâce aux prix Nobel de Physique Michel Mayor et Didier Queloz. Futura a récemment fait l’interview du créateur de ce site désormais mondialement connu, l’astronome français Jean Schneider.

La connaissance de l’existence de ces exoplanètes est une avancée extraordinaire dans l’Histoire d’Homo sapiens mais elle reste encore très partielle car, pour l’essentiel, nous n’avons que des estimations de masses et de distances pour ces exoplanètes, et quelques rares spectres donnant un embryon de composition d'atmosphères pour faire court.

Bien évidemment, nous aimerions au moins avoir des images des détails de ces exoplanètes, surtout si elles sont des exoterres potentielles. Dans l’idéal, nous aimerions même y découvrir des biosignatures et même des technosignatures.

La Nasa a récemment alloué de nouveaux fonds pour l’étude d’un projet spectaculaire qui pourrait être réalisé au cours du XXIe siècle dans ce but. Le projet lui-même est juste dans les cartons et il n’est pas encore question de l’entreprendre physiquement. Il s’agit d’un avatar d’un concept proposé en 1979 par un chercheur de l’Université de Stanford, V. R. Eshleman :  la lentille solaire gravitationnelle.

Concrètement, il s’agit de mettre à profit le fait que le champ de gravitation d’un corps céleste dévie les rayons lumineux comme le ferait une lentille et donc permet d’obtenir un facteur de grossissement pour former des images. En se plaçant à une certaine distance du Soleil, il est donc possible de l’utiliser comme lentille gravitationnelle pour former l’image d’une exoplanète avec une résolution record, comme si l’on disposait d’un télescope géant bien plus grand que ceux que l’on peut construire sur Terre en raison de la gravité qui déforme un miroir sous son propre poids.

Des chercheurs comme Slava G....

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles