La Nasa passe commande pour 1,4 milliard de dollars à SpaceX

Dans l’objectif de maintenir la présence permanente d’astronautes américains à bord de l’ISS, la Nasa a fait appel à SpaceX et Boeing pour faire « la navette » entre le sol et la station. Le Crew Dragon de SpaceX, dérivé du cargo Dragon, a déjà réalisé plusieurs vols pour l’agence. C’est d’ailleurs à bord du Crew Dragon que sont venus les astronautes européens Thomas Pesquet, Matthias Maurer, et Samantha Cristoforetti qui est encore à bord de l’ISS aujourd’hui.

Palier les retards du Starliner

La commande de ces cinq vols supplémentaires suit la note d’intention de l’agence publiée en juin dernier. Au total, SpaceX réalisera 14 vols pour les rotations de la Nasa à destination de l’ISS. La Nasa précise que cette commande supplémentaire assurera un accès à long terme à la station, et qu’elle palie les nombreux retards qu’accuse Boeing avec le vaisseau Starliner.

Une rotation-type d’équipage à bord de l’ISS dure six mois. La Nasa a donc besoin de deux vols par an. Si la seconde tentative du vol test OFT (sans passager) de Boeing s’est déroulé comme prévu, il reste encore le vol test habité à faire. La Nasa a précisé qu’elle voulait prendre son temps pour certifier le Starliner qui avait raté son premier vol test en décembre 2019. Il est désormais prévu que le premier vol opérationnel du Starliner ait lieu à l’automne 2023, suivant le vol Crew 6 desservi par SpaceX.

Le Starliner de Boeing amarré au module Harmony de la Station spatiale (21 mai 2022). © Nasa
Le Starliner de Boeing amarré au module Harmony de la Station spatiale (21 mai 2022). © Nasa

Longue vie à l’ISS !

La Nasa entend pouvoir exploiter l’ISS jusqu’à 2030 au plus tôt, avant de transvaser les opérations à une future station spatiale américaine privée. L’agence commence doucement à se préparer à un éventuel départ de l’agence spatiale russe du partenariat qui scelle les opérations de l’ISS. D’autre part, la Nasa donne un premier feu vert au projet de station spatiale Orbital Reef, co-porté par Sierra Space et Blue Origin.

Enfin, la Nasa a aussi donné son accord pour une nouvelle mission touristique...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura