La Nasa est contrainte de suspendre le contrat pour l’atterrisseur lunaire de SpaceX

Rémy Decourt, Journaliste
·1 min de lecture

Les sociétés Blue Origin et Dynetics ont saisi l’équivalent américain de la Cour des comptes pour protester contre le choix de la Nasa d’attribuer à SpaceX un contrat de 2,9 milliards de dollars pour développer une version lunaire du Starship et effectuer une mission de démonstration sans équipage. Conformément aux règles du droit américain, la Nasa a donc été contrainte d’ordonner à SpaceX de suspendre tous ses travaux de développement du Starship lunaire dans le cadre du contrat HLS jusqu’à ce que le Government Accountability Office (GAO) rende une décision, attendue au plus tard le 4 août.

Dans un document de 50 pages, Blue Origin fait plusieurs reproches à la Nasa, dont une compétition peu équitable, et estime que le choix de la Nasa est à la fois risqué et non concurrentiel. Quant à Dynetics, elle a simplement indiqué avoir déposé une requête auprès de la GAO et qu’elle ne souhaitait pas rendre publiques les raisons pour lesquelles elle avait déposé cette plainte.

Concepts d'atterrisseurs lunaires à l'étude dans le cadre du programme Artemis de la Nasa. Cet atterrisseur servira à descendre les équipages sur la surface de la Lune depuis l'orbite lunaire et les ramènera en orbite. De gauche à droite, le projet de Blue Origin, de Dynetics (auquel participe Thales Alenia Space) et celui de SpaceX. © Blue Origin, Dynetics, SpaceX, Nasa
Concepts d'atterrisseurs lunaires à l'étude dans le cadre du programme Artemis de la Nasa. Cet atterrisseur servira à descendre les équipages sur la surface de la Lune depuis l'orbite lunaire et les ramènera en orbite. De gauche à droite, le projet de Blue Origin, de Dynetics (auquel participe Thales Alenia Space) et celui de SpaceX. © Blue Origin, Dynetics, SpaceX, Nasa

Le retour de l'Homme sur la Lune décalé de plusieurs années

Au moment de l’attribution de ce contrat, la décision de la Nasa avait surpris. D’abord, parce que la Nasa avait insisté à plusieurs reprises sur sa volonté de retenir deux projets sur trois afin de maintenir la compétition et conserver deux solutions d’alunissage alternatives et aussi pour les raisons que nous avons évoquées précédemment.

La date de retour des astronautes américains sur la Lune, actuellement fixée à 2024, n'est plus d’actualité. Le nouveau calendrier du programme Artemis que la Nasa devra mettre à jour à la suite de cette décision fait qu’il n’y a plus aucune...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura