Napoléon ou femme diablesse : à quoi ressemble le père Fouras de Fort Boyard à l'étranger ?

·1 min de lecture

Le père Fouras ne parle ni allemand, ni coréen. Et pourtant, Fort Boyard, dont la nouvelle saison démarre samedi soir sur France 2, s'est exporté dans ces deux pays. L'émission française créée en 1990 a même connu des versions locales dans plus de 70 États, toutes tournées sur le fort de Charente-Maritime. Yann Le Gac, le comédien qui se cache derrière le masque du père Fouras depuis les débuts du programme, explique jeudi dans Culture Médias ce que ces pays ont fait de son personnage.

>> Retrouvez les journaux des médias tous les matins à 9h10 sur Europe 1 ainsi qu’en replay et en podcast ici

Un père Fouras façon diablesse en cuir

"Ce qui est rigolo, c'est que chaque pays adapte ce personnage à sa culture et l'interprète à sa façon." Et le résultat est parfois haut en couleurs. "Les Coréens avaient fait du père Fouras une sorte de Napoléon", s'amuse Yann Le Gac. "Et les Allemands avaient fait une femme diablesse habillée en cuir !"

Quand il a commencé sa première saison dans Fort Boyard, Yann Le Gac n'imaginait pas y rester 31 ans. C'est en répondant à un casting qu'il a décroché ce rôle, malgré les avertissements de ses amis comédiens. "Il ne faut pas faire de télé. Jamais de télé", l'avaient-ils alors mis en garde.

"Faire de la télé était mal vu à l'époque", se souvient celui qui est d'abord devenu le père Fouras pour remplir son frigo. "Finalement, je l'ai fait juste pour cachetonner. Je ne savais pas que cette émission allait durer et avoir le succès que ça a eu."

...
Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles