Napoléon, la destinée et la mort (Arte) : Denis Podalydès donne sa voix à un documentaire passionnant

·1 min de lecture

Quels points communs entre Denis Podalydès et Napoléon ? "Je n'en partage aucun", assène l'acteur. Pourtant, c'est bien le sociétaire de la Comédie-Française qui prête sa voix au documentaire Napoléon, la destinée et la mort, diffusé samedi 1er mai sur Arte. Ce travail sur la voix off, l'artiste le pratique depuis des années, au gré des demandes mais surtout lorsque le sujet l'intéresse. Il ne faut donc pas s'étonner d'entendre son timbre dans des documentaires aussi différents que La Malédiction de la Vologne, sur l'affaire du petit Grégory (France 3, 2018), ou Conversation avec Romy Schneider (Arte, 2018). Il brosse cette fois le portrait psychologique d'un personnage historique majeur à travers des épisodes-clés de sa vie. Et nous en explique les raisons.

Pourquoi avez-vous participé à ce documentaire ?

Parce que la productrice, Christie Molia, est la sœur d'un ami réalisateur avec qui j'ai fait deux films, Xabi Molia. Et puis j'ai le goût de l'histoire, des documentaires historiques... et j'adore faire des voix off. Je me prête donc à ce jeu avec un immense plaisir. C'est un exercice que je pratique régulièrement. En général, je ne regarde pas le film avant. J'aime le découvrir en même temps que j'enregistre. Je ne participe jamais à l'écriture. Quand je suis contacté, tout est fait. Le film est déjà monté avec une voix off provisoire.

Que cherchez-vous à apporter ? Etre narrateur, est-ce différent du métier d’acteur ?

Je veux être le plus clair possible, et justement diminuer (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

Vacances d’été : “Les Français pourront voyager à l‘étranger”, assure le secrétaire d’Etat au Tourisme Jean-Baptiste Lemoyne
Juan Branco accusé de viol : l'avocat se défend dans un long message sur Facebook
Marie-Sophie Lacarrau atteinte de la Covid-19 : elle fera son retour sur TF1 dès lundi !
Brigitte Macron remarque le vieillissement accéléré de son mari pendant son quinquennat : "Notre différence d'âge se réduit à vue d'oeil"
Emmanuel Macron annonce que tous les Français de plus de 18 ans pourront se faire vacciner à partir du 15 juin