Naomi Osaka menacée d'exclusion à Roland-Garros

·2 min de lecture

Après avoir refusé de se présenter à une conférence de presse dimanche, la Japonais Naomi Osaka a écopé d'une amende. Les organisateurs ont affirmé qu'elle pourrait être exclue si elle continuait à faire l'impasse sur ses obligations contractuelles.

La numéro 2 mondiale de tennis Naomi Osaka a été sanctionnée d'une amende de 15.000 dollars (12.300 euros) pour avoir refusé de se présenter en conférence de presse dimanche 30 mai 2021 à Roland-Garros et risque jusqu'à la disqualification si elle recommence, ont annoncé les organisateurs. «Naomi Osaka a choisi aujourd'hui (dimanche) de ne pas honorer ses obligations contractuelles envers les médias. Le superviseur de Roland-Garros lui a donc infligé une amende de 15.000 dollars», indique un communiqué de Roland-Garros cosigné par les organisateurs des quatre tournois du Grand Chelem. «Nous avons prévenu Naomi Osaka que si elle continuait à refuser ses obligations médiatiques durant le tournoi, elle s'exposait à d'autres conséquences liées aux infractions au code de conduite. Comme on peut s'y attendre, des violations répétées provoquent des sanctions aggravées, y compris une exclusion du tournoi, et peuvent mener à l'ouverture d'une enquête pour infraction majeure qui pourrait déboucher sur des amendes encore plus importantes et une suspension des tournois du Grand Chelem», poursuit le communiqué.

La santé mentale des sportifs "ignorée", a déploré Naomi Osaka

Osaka avait annoncé mercredi son intention de refuser les conférences de presse à Roland-Garros pour protéger sa santé mentale. «Si les instances pensent qu'elles peuvent juste continuer à nous dire "Allez en conf' ou vous aurez une amende", et à ignorer la santé mentale des sportifs qui sont la pièce maîtresse, alors je préfère en rire», avait-elle notamment écrit sur les réseaux sociaux le 26 mai.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

«Après ces déclarations, les équipes de Roland-Garros lui ont demandé de revoir sa position(...)


Lire la suite sur Paris Match