Nantes : « A vendre, hôtel particulier, 2 millions d’euros »... Le marché immobilier de luxe atteint (lui aussi) des sommets

·1 min de lecture

IMMOBILIER - Maisons bourgeoises, appartements spacieux ou atypiques, hôtels particuliers... Ces biens rares et de plus en plus chers sont très recherchés à Nantes

« Superbe maison de caractère, cinq chambres, proche des écoles, 1.577.000 euros. » « A vendre, splendide hôtel particulier, 320 m², 2,4 millions d’euros. » A Nantes, on peut vite avoir le tournis quand on surfe sur les sites des agences immobilières spécialisées dans les biens de luxe. Mais ceux qui le font dans une réelle perspective d’achat doivent être réactifs : alors qu’il est de plus en plus difficile de se loger dans la cité des ducs, cette tension du marché se retrouve aussi chez cette catégorie de logements.

« Avec le télétravail et l’attractivité de la ville qui ne fait qu’augmenter, on a beaucoup moins d’offres que de potentiels acquéreurs, mais il y a ici un patrimoine immobilier haut-de-gamme insoupçonné, illustre Jean-Charles Dezellus, directeur associé du Groupe Mercure Nantes, agence spécialisée dans ce type de biens et nouvellement installée place Delorme. Les ventes sont donc moins nombreuses mais peuvent aller très vite, avec plusieurs offres au prix en quelques jours. »

Un extérieur, de très beaux volumes…

La flambée des prix observée depuis quelques années à Nantes se vérifie dans ce marché de niche, où les biens les plus exceptionnels, un peu plus longs à trouver preneurs, peuvent dépasser les deux millions d’(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Vendée : Trop nombreuses, les résidences secondaires bientôt surtaxées aux Sables-d’Olonne
Pourquoi la localisation est le premier critère pour un bien immobilier
Immobilier : Qui paie quoi lors de l’achat d’un logement ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles