A Nantes, Edouard Philippe en pompier volant

Libération.fr
Edouard Philippe vendredi à Nantes, devant la 28e convention nationale de l’Assemblée des communautés de France.

Sur deux fronts, le chef du gouvernement est monté au créneau vendredi face aux inquiétudes que provoque sa politique. Avec sa ministre, il a annoncé le lancement d’une réforme de la justice, avant de devoir répondre à l’exaspération des représentants des inter-communalités.

Ici au moins, ce n’était pas le «bordel». Vendredi à Nantes, Edouard Philippe allait pourtant à la rencontre de deux publics inquiets. Elus locaux, le matin, sur fond de relations très dégradées entre l’Etat et les collectivités ; acteurs de la justice, l’après-midi, dans un tribunal de grande instance sous tension. Le chef du gouvernement venait y annoncer le lancement d’une réforme de la justice (lire ci-contre). Mais il s’est aussi vu confronter, avec la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, à de plus pressants besoins. «Nous ne sommes pas en mesure de faire face à l’augmentation des requêtes, a alerté la première vice-présidente du tribunal, Véronique Rouillon. Une personne qui nous saisit pour un droit de visite de ses enfants devra attendre dix-sept mois pour voir le juge.»

Particulière visibilité

Le bâtonnier de Nantes évoque quant à lui une «crise urgente», à résoudre au plus vite «si l’on veut éviter des débordements dont personne ne veut». Si la situation n’est pas propre à Nantes, elle a pris ici une particulière visibilité. En janvier, des magistrats avaient boycotté la rentrée solennelle du tribunal pour dénoncer le manque de moyens de l’institution. En 2011, surtout, les audiences avaient été temporairement suspendues en réponse aux accusations portées par Nicolas Sarkozy. Le chef de l’Etat avait promis des sanctions contre les magistrats ayant remis en liberté le futur assassin de la jeune Laetitia Perrais. Le personnel du tribunal avait mis en cause, lui, ses conditions de travail.

A lire aussi De «Justice.fr» à la carte judiciaire, les cinq chantiers de la ministre

«Je ne méconnais pas ces situations, je voudrais juste dire que le budget 2018 prévoit une augmentation notable du (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

De «Justice.fr» à la simplification, les chantiers de la garde des Sceaux
De «Justice.fr» à la simplification, les chantiers de la garde des Sceaux
Education L’ancien chef de cabinet de Xavier Darcos atterrit à Matignon
Conflit ouvert entre Clermont-Ferrand et «Télérama»
Fisc Un ancien député LR condamné à quatre mois de prison avec sursis

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages