A Nanterre, des étudiants dénoncent l'insalubrité de leur logement : "On aimerait vivre dans des conditions dignes"

franceinfo
·1 min de lecture

"Accepteriez vous que votre enfant vive dans cet enfer ?", a lancé à l'Assemblée nationale le député communiste Alain Bruneel à la ministre de l'Enseignement supérieur, mardi 13 avril. L'élu du Nord dénonçait la présence de cafards, punaises de lit et moisissures dans la cité universitaire de Villeneuve d'Ascq.

Des exemples comme celui-ci, il y en a malheureusement d'autres en France. Vincent, lui, a emménagé il y a un mois dans un appartement de la cité universitaire de Nanterre, dans les Hauts-de-Seine. Il garde un très mauvais souvenir de la première visite : "Il y avait, au niveau des fenêtres, des infiltrations d'eau avec des trous dans le mur, des traces d'humidité et de la moisissure", raconte-t-il.

Un dialogue de sourds avec le Crous

L'étudiant a donc exigé des travaux. Mais selon lui, c’est insuffisant : "Il y a eu un coup de peinture qui a été passé. Je pense que la personne a gratté aussi au niveau du trou pour retirer la moisissure. Sauf qu'il y a quelques jours, il a pas mal plu et donc, voilà, ça recommence déjà à s'infiltrer, il y a des traces d'humidité et je pense très bientôt des moisissures. Ça ne fait même pas un mois que les travaux, entre guillemets, ont été faits."

"On est des êtres humains, on est des étudiants et des étudiantes. On est là pour étudier. On aimerait aussi bien vivre dans des conditions dignes et se faire respecter. Et en l'occurrence, pour l'instant, ce n'est pas le cas."

Vincent, étudiant à l'université de Nanterre

à (...)

A lire aussi