Publicité

A Nancy, Glucksmann voit "une espérance" dans les sondages

Le candidat du Parti socialiste Raphaël Glucksmann aux élections européennes, le 10 mars 2024 en meeting à Lyon (JEAN-PHILIPPE KSIAZEK)
Le candidat du Parti socialiste Raphaël Glucksmann aux élections européennes, le 10 mars 2024 en meeting à Lyon (JEAN-PHILIPPE KSIAZEK)

Après une série de sondages encourageants, Raphaël Glucksmann, tête de liste PS-Place publique aux élections européennes, a dit mercredi ressentir "de l'espérance", en marge d'un rassemblement électoral à Nancy.

"Quelque chose a commencé qui a la saveur de l'espérance, qui est prometteur", a déclaré le candidat devant la presse, avant de s'adresser à quelque 600 militants enthousiastes.

Lors du scrutin européen du 9 juin, "on aura une belle et grande surprise électorale", a prédit l'essayiste de 44 ans, tout en déclarant ne pas vouloir "quantifier" ce résultat.

"Quatre, cinq, six sondages en progrès ne font pas une élection", a-t-il averti. "Je ne donnerai jamais d'objectif chiffré".

Au-delà du scrutin national, il faudrait que les partis de gauche puissent avoir une majorité au Parlement européen, a espéré M. Glucksmann, qui s'exprimait aux côtés de Nicolas Schmit, commissaire européen à l'emploi et aux droits sociaux.

En cas de victoire de la gauche, le Luxembourgeois Nicolas Schmit serait son candidat à la tête de la commission de Bruxelles, contre la sortante Ursula von der Leyen, a fait valoir le candidat français, le présentant en héritier de Jacques Delors.

"Y en a marre des 25 années de domination de la droite sur les politiques européennes. On peut faire mieux que ça. On doit faire autre chose en Europe", a lancé M. Glucksmann.

Nicolas Schmit a souligné l'importance du scrutin en France dans l'espoir d'une majorité de gauche au PE.

"Raphaël monte (dans les sondages), c'est une bonne chose", s'est félicité le commissaire européen. "Le résultat de ces élections en France est important pour que le groupe socialistes et démocrates soit le premier au Parlement européen". "Ce n'est pas irréaliste", a-t-il lancé.

Dans une série de sondages récents, la liste emmenée par Raphaël Glucksmann est donnée entre 9% et 13% des intentions de vote, en troisième position derrière la liste RN de Jordan Bardella et celle des macronistes dirigée par Valérie Hayer.

bar/lbx