De Nairobi à Accra, les Africains sonnent la mobilisation pour faire face au changement climatique

Falila Gbadamassi
Pour la première fois, l’Afrique accueille le "One Planet Summit", coalition en faveur de la lutte contre le réchauffement climatique impulsée par la France. Les initiatives environnementales du continent et leur financement seront de nouveau à l'ordre du jour à Accra, au Ghana, dans le cadre de la Semaine africaine du climat prévue du 18 au 22 mars 2019.

L’Afrique ne génère que "4% des émissions mondiales de gaz à effet de serre" mais "65% de la population africaine est considérée comme étant directement touchée par le changement climatique".

Selon la Banque mondiale, "le changement climatique pourrait faire plonger des millions d’Africains dans la pauvreté à l’horizon 2030". "Depuis 1970, l’Afrique a connu plus de 2000 catastrophes naturelles, dont près de la moitié au cours des dix dernières années seulement. Ces événements ont touché plus de 460 millions de personnes et causé le décès de 880 000 d’entre elles."

La lutte contre le réchauffement climatique est devenue une préoccupation quotidienne pour les Etats africains qui financent déjà l’atténuation et l’adaptation au réchauffement climatique. Une dynamique qui doit être intensifiée pour faire face au doublement de sa population d'ici 2050 – elle dépassera les deux milliards et une urbanisation galopante. En 2040, l’Afrique comptera un milliard de personnes vivant dans les villes, deux fois plus qu'aujourd'hui.

"Si l'Afrique est l'un des plus faibles contributeurs aux émissions mondiales, elle montre la voie à suivre en atténuant et en s'adaptant aux impacts climatiques grâce à des initiatives d'action pour le climat", rappelle le Secrétariat de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC).

"En (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi