"Je n'ai pas le temps" : cette gaffe d'Olivier Véran rattrapée de justesse

·1 min de lecture

En près d'un an, Olivier Véran a ingéré tous les codes de la politique. Le médecin neurologue a été nommé ministre de la Santé en février 2020 tandis que Agnès Buzyn se lançait dans la course aux municipales à Paris à la place de Benjamin Griveaux, qui avait préféré se mettre en retrait après la divulgation de vidéos privées. Comme bon nombre de ses collègues ministres, le compagnon de Coralie Dubost projetait de sortir un livre et avait même commencé à écrire quelques lignes... qui ont été saisies par la justice.

Dans son édition en date du samedi 23 janvier, Libération révèle que celui qui est si souvent attaqué pour la stratégie vaccinale a vu son petit travail s'évaporer le 15 octobre dernier, à 6 heures du matin, lors d'une perquisition de son appartement et de son bureau pour les besoins d'une enquête sur la gestion de la crise sanitaire. Une saisie pas si grave car Olivier Véran n'avait écrit que quelques lignes depuis son arrivée au gouvernement. "Je n'ai pas le temps", a-t-il lancé à nos confrères. Pourtant, Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, sortira cette année son troisième livre en trois ans...

Pour éviter quelconque polémique, celui qui peut compter sur le soutien du président de la République a précisé : "Je n'ai pas le talent". De quoi rattraper sa première phrase maladroite qui laissait entendre que ses camarades étaient moins occupés que lui.

Un roman ? Une autobiographie. D'après nos confrères, Olivier Véran voulait raconter la vie d'un ministre au coeur (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Donald et Melania Trump pas les bienvenus à Mar-a-Lago : cette banderole osée
Roi de Thaïlande : sa maîtresse Sineenat élevée au rang de reine... c’est la guerre au palais !
VIDEO - Mort d'Etienne Draber : le cri du coeur de sa fille chez Pascal Praud
René-Charles, fils de Céline Dion : qui sont ses demi-frères et soeur si discrets ?
Affaire Olivier Duhamel : Julien Kouchner n'a "jamais cru au suicide de Marie-France Pisier"