Nagui et Mélanie Page adressent un touchant message à Hélène de Fougerolles et sa fille

·2 min de lecture

Nagui et son épouse Mélanie Page ont envoyé un joli message à Hélène de Fougerolles, pour saluer son courage face à l'autisme de sa fille, Shana, et parler de leur complicité avec la jeune fille. 

«Ils sont incroyable ces deux-là». Hélène de Fougerolles a été très émue par un message de Nagui et de sa femme, Mélanie Page, qui lui a été montré dans «Ça commence aujourd'hui» sur France 2 vendredi, Journée mondiale de la sensibilisation à l'autisme. A cette occasion, la comédienne était venue parler de sa fille Shana, diagnostiquée autiste à 13 ans. Hélène de Fougerolles avait parlé à très peu de personnes de son entourage de la condition de sa fille, aujourd'hui âgée de 18 ans, si ce n'est à un «groupe restreint de moins de 10 personnes» parce qu'il lui était «tellement difficile» d'en parler, a-t-elle dit face à Faustine Bollaert.

L'animateur de «Tout le monde veut prendre sa place» et Mélanie Page faisaient partie du cercle proche dans la confidence. Dans un message vidéo, le couple a évoqué les moments partagés avec Shana. «Bonjour Hélène, je voulais te dire à quel point je suis fière d'être ton amie. Évidemment j'ai lu ton livre [«T'inquiète pas, maman, ça va aller», dans lequel elle se confie sur l'autisme de sa fille Shana] et je l'ai trouvé très très émouvant. Je trouve ça absolument génial que tu te sois libérée de cette parole qui va en plus faire du bien à beaucoup de parents. Et évidemment tu sais à quel point j'adore Shana et ses câlins depuis qu'elle est toute petite et j'espère qu'on se reverra très très vite», a déclaré Mélanie Page.

"Nos enfants ont toujours adoré s'amuser avec Shana"

Très ému, Nagui a poursuivi en expliquant que sa famille avait «toujours adoré partager des moments de rires, d'amusement avec Shana». «Nos enfants ont toujours adoré s'amuser avec Shana, parler avec Shana, parler également au personnage qui était posé sur l'épaule de Shana et on est prêt à refaire ça quand Shana(...)


Lire la suite sur Paris Match