"Nous n'acceptons pas les excuses de Madame Cayeux": des associations LGBT veulent la démission de la ministre

Caroline Cayeux à l'Élysée le 7 mai 2022. - Ludovic Marin
Caroline Cayeux à l'Élysée le 7 mai 2022. - Ludovic Marin

Une lettre de l'Inter-LGBT, signée par plusieurs associations LGBT, réclame à la Première ministre Élisabeth Borne ce vendredi la démission de la ministre déléguée chargée des Collectivités territoriales Caroline Cayeux, à la suite de ces propos sur les homosexuels.

Alors qu'elle se justifiait sur des propos tenus en 2013 sur le caractère "contre-nature" du mariage pour tous et l'adoption pour les couples de même sexe, Caroline Cayeux avait déclaré avoir "beaucoup d'amis parmi ces gens-là". Elle avait aussi dit maintenir ses propos, avant de rétropédaler et de présenter ses excuses, qu'Élisabeth Borne avait considérées comment suffisantes.

"Nous contestons, Madame la Première Ministre, tout droit à une personne non-concernée par les propos tenus par Madame Cayeux d'accepter ou non les excuses formulées", écrivent les associations. "Nous sommes 'ces gens-là'. Nous n'acceptons pas les excuses de Madame Cayeux".

Quatre ministres doivent "quitter sans délai" le gouvernement

Elles soulignent "les conséquences délétères que les propos tenus par Madame Cayeux ont et auront dans les prochaines semaines", assurant que depuis leur tenue, "un flot quasi-ininterrompu de messages de haine ou de relativisme de l'homophobie du quotidien nous ont été adressés par des tenants de la 'Manif pour tous' et d'autres groupuscules d'extrême-droite".

D'autre part, les associations pointent du doigt le ministre de la Transition écologique Christophe Béchu, qui, "en 2016, faisait enlever les affiches de promotion de la santé sexuelle élaborées par Santé publique France, qui représentaient des hommes et des femmes s'embrassant, qualifiant celles-ci de 'provocation'". Elles s'attaquent aussi au ministre des Armées Sébastien Lecornu, pour avoir déclaré en 2012: "le communautarisme gay m'exaspère autant que l'homophobie".

Enfin, elles rappellent les positions contre le mariage pour tous du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, et appellent à ce que ces quatre ministres "quittent sans délai leurs fonctions gouvernementales".

"En matière de lutte contre les discriminations, il n'existe pas, Madame la Première Ministre, de 'droit à l'erreur', ou à la 'stupidité'. Nous souhaitons pouvoir croire en la sincérité de vos engagements à faire de votre gouvernement l'allié fidèle des droits des personnes LGBTQIA+", écrivent-elles.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles