Ce n’est pas parce que j’ai 90 ans que je suis prête à mourir ou bonne à jeter - BLOG

Varda Yoran
The author.

BLOG -Voilà un quart de siècle que je suis entrée dans le troisième âge. Je continue à sculpter, lire, écrire des essais. Je parle cinq langues, je communique par mail et sur WhatsApp avec ma famille et mes amis en Finlande, Chine, Norvège, Angleterre, Israël, Russie, Thaïlande et dans tous les États-Unis. J’ai créé une fondation pour venir en aide aux personnes âgées non mobiles. Je prends des cours et j’anime un club de philosophie sur Zoom où l’on aborde notamment l’éthique, le pardon, la colère et la créativité.

Il va sans dire que ma routine a changé. Avec le coronavirus, tout s’est arrêté d’un coup. En 90 ans, j’ai vu pas mal de choses, mais ça, jamais. Ma fille ayant eu peur qu’en ville je sois plus exposée et moins bien soignée, j’ai quitté Brooklyn et je suis à présent avec elle, mon gendre et mon petit-fils adolescent, recluse et en sécurité dans les montagnes de Peekskill, au nord de l’État. Les seules sorties que j’effectue, gantée et masquée, c’est pour aller faire mes analyses de sang au laboratoire le plus proche.

Qui sait quelle direction les changements à venir vont nous faire prendre. De ce que j’en ai vu jusqu’ici, cette crise a fait resurgir le meilleur chez les gens bien et le pire chez les mauvais. Ce dont je suis sûre, c’est qu’il va falloir beaucoup de coopération et d’empathie pour remettre le monde sur ses rails.

Vous avez envie de raconter votre histoire? Un événement de votre vie vous a fait voir les choses différemment? Vous voulez briser un tabou? Vous pouvez envoyer votre témoignage à temoignage@huffingtonpost.fr  et consulter tous lestémoignages que nous avons publiés.

De ce que j’en ai vu jusqu’ici, la crise a fait ressortir le meilleur chez les gens bien et le pire chez les mauvais.

Certains seraient tentés de dire que si je devais mourir du coronavirus, j’aurais au moins mené une vie bien remplie. C’est vrai.

Je suis née en Chine de parents juifs ayant fui la Russie après la Première Guerre mondiale pour échapper à la famine et...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post