Publicité

« Il n’y a plus de Nupes » : Jean-Luc Mélenchon acte la fin de l’union de la gauche

L’alliance de la gauche aura tenu à peine plus d’un an. « Il n’y a plus de Nupes, alors on fait semblant qu’il y en a toujours une (…) Ce qu’on a construit est déjà détruit », a avoué Jean-Luc Mélenchon, au lendemain d’une réunion publique à Rochefort (Charente-Maritime), ce jeudi 30 novembre, rapporte Le Figaro.

« Gamineries » ou « enfantillages irresponsables »… Le chef de file de La France insoumise a publiquement dénoncé les désaccords de la gauche. « Cela ne peut pas être ça, l’avenir de la gauche, il y a un programme partagé, il doit continuer à vivre, a-t-il lancé. Comment ? (...) Nous allons faire l’union populaire avec ceux qui veulent. Ceux qui ne veulent pas font ce qu’ils veulent, les Français trancheront. »

La fin de la coalition

Après l’attaque du Hamas contre Israël, le 7 octobre dernier, la Nupes a multiplié les mésententes. Le refus des mélenchonistes de qualifier le Hamas d’organisation terroriste a semé la discorde au sein de la coalition. Dimanche 12 novembre, c’était Fabien Roussel, le leader du Parti communiste, qui enterrait sa participation à la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes). « La Nupes est tombée dans une impasse, y compris à cause des prises de position de Jean-Luc Mélenchon », avait-il martelé à l’antenne de LCI. Le 17 octobre dernier, c’était le Parti socialiste qui, à l’initiative de Boris Vallaud, président du groupe à l’Assemblée nationale, suspendait sa participation à l’intergroupe parlementaire de la Nupes, poi...


Lire la suite sur LeJDD