« Il n’est pas mort pour rien » : un an après la défaite au Karabakh, le douloureux travail de deuil des familles arméniennes

Aujourd'hui, un an après la fin officielle des affrontements, permise par la signature le 9 novembre 2020 d'un accord de cessez-le-feu, des milliers de familles arméniennes cherchent à faire le deuil de leurs proches – un deuil d'autant plus pénible que ceux-ci ont été tués dans une guerre qui s'est soldée, pour leur camp, par une amère défaite. Le temps du déni Le Haut-Karabakh est un petit territoire (4 400 km2) peuplé d'Arméniens qui fut cédé par Staline en 1921 à la République soviétique d'Azerbaïdjan. En 1991, ce territoire proclama son indépendance.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles