"On n’est pas l’ordre du Temple solaire", un proche de Nicolas Sarkozy redoute 2022

·1 min de lecture

Et si Les Républicains se rapprochaient d'Emmanuel Macron, en vue de l'élection présidentielle de 2022 ? Alors qu'un duel entre l'actuel président de la République et Marine Le Pen semble de plus en plus probable, à droite, certains songent à une cohabitation. Pour un proche de Nicolas Sarkozy, se rallier à l'époux de Brigitte Macron permettrait d'éviter la catastrophe. "Aucun des prétendants n'arrive au second tour. Si on plafonne à 14 %, on ne va pas rester à 14 % sans rien faire. On ne va pas accepter un suicide collectif, on n'est pas l'ordre du Temple solaire !", déclare le sarkozyste dans les colonnes du Parisien, en kiosque ce jeudi 11 mars.

Cette source fait ainsi référence à la secte fondée en 1984 à Genève, connue pour des suicides collectifs dans différents pays, dont la France. Interrogé par nos confrères, l'ex-député Les Républicains de l'Essonne Robin Reda, partage cet avis : "Par instinct de survie, il faudra peut-être opter pour une forme de cohabitation. Même si ce n'est pas une solution qui m'enchante", déclare-t-il, dans un contexte encore incertain, alors que Xavier Bertrand espère s'imposer comme le candidat "naturel" de la droite.

De son côté, Nicolas Sarkozy laisse planer le doute, quant à ses intentions. Dans une interview accordée au Figaro le mardi 2 mars, l'ancien chef de l'État confiait : "Je ne suis ni candidat ni dans la situation de vouloir pousser ou soutenir un candidat plutôt qu’un autre. Au moment où chacun aura fait valoir ses ambitions légitimes, (...)

Lire la suite sur le site de GALA

"Elle n'a pas mis un orteil dans l'hémicycle" : Éric Dupond-Moretti sermonne Marine Le Pen
Le saviez-vous ? L'ex de Mick Jagger, Jerry Hall, s'est remariée au pire ennemi de Meghan et Harry
VIDÉO - "On peut faire de la caricature" : Roselyne Bachelot recadre Marina Foïs
"Une terrible piqûre de rappel" : ce "frisson" ressenti par Emmanuel Macron
Xavier Bertrand rejoint par un proche de François Fillon : ça bouge pour 2022