À ONPC, Nicolas Dupont-Aignan parle de "colonisation migratoire" et se met à dos tout le plateau

Claire Tervé

 Le député a très longuement exposé ses idées face à Laurent Ruquier et ses invités, visiblement très agacés par ses propos, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d'article. Il demande ainsi aux "Français de réagir" car il estime que "notre pays est colonisé (...) économiquement, religieusement et migratoirement par les migrants qui arrivent sur notre sol".

"J'estime que les Français doivent être fiers d'être Français, mais dans la tolérance, doivent dire stop. Nous ne pouvons pas accueillir toute la misère du monde, martèle-t-il à plusieurs reprises". Il a également expliqué que selon lui le trafic d'être humains en Libye pourrait être stoppé par l'armée française, mais qu'en réalité, ceci ne se produirait pas car "cette immigration est voulue, ça s'appelle de l'esclavage moderne", "il y a des forces économiques qui ont besoin de ces migrants, de la manœuvre bon marché".

"Vous êtes pire que madame Le Pen!"

Au fur et à mesure que Nicolas Dupont-Aignan développe ses idées, la tension monte sur le plateau d'"ONPC". La chanteuse Angélique Kidjo lui assène pour commencer: "C'est pas possible d'entendre des gens qui veulent gouverner ce pays parler d'être fédérateur, alors que dans le fond vous divisez. Vous êtes en train de nous dire que la France est colonisée. C'est une insulte".

Il pointe ensuite du doigts ses interlocuteurs "des beaux quartiers". "Si j'avais été élu en 2017, j'aurai laissé s'installer les camps de migrants au jardin du Luxembourg, chez madame Angot", lance-t-il. Il n'en faut pas moins à l'intéressée pour démarrer au quart de tour. En sautant sur son siège, la chroniqueuse éclate "Mais arrêtez! Pourquoi vous parlez du...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post