Nîmes : une fête clandestine dans une école de police

Une scène à peine croyable s'est déroulée en plein de coeur de l'école nationale de police de Nîmes (Gard). Mercredi 28 octobre, alors que le couvre-feu est de rigueur à 21 heures, une centaine d'élèves policiers se réunissent près du stade de l'école, dans une ambiance très festive. Vers 21h30, une brigade cynophile, alertée par le bruit, se dirige vers l'attroupement. La patrouille est accueillie par des insultes et des cris, les mêmes que ceux utilisés par les dealers à l'approche de la police. "Pour être respecté, il faut être respectable" selon Gérald Darmanin "Vu la menace de ces jeunes individus dépourvus de toute éducation, nous mettons pied à terre et sortons le chien de police qui a pour résultat de disperser toute cette foule", rapporte une main courante datée du mercredi 28 octobre de la bridage cynophile. Avec ses 3 000 élèves, l'école de Nîmes est la plus grande école de France. Elle y forme pendant un an ceux qui vont devenir gardiens de la paix et adjoints de sécurité. Le ministre de l'Intérieur réclame des sanctions fermes : "On ne peut pas devenir policier et se moquer des règles qu'on impose aux autres. Pour être respecté, il faut être respectable".