Négociations tchadiennes au Qatar: un nouvel projet d'accord de paix remis aux deux parties

Au Tchad, les négociations entre les autorités de transition et certains groupes rebelles s’accélèrent à Doha au Qatar, quatre mois après l’ouverture des négociations. Il y a une semaine, certains groupes rebelles annonçaient qu’ils suspendaient leur participation aux négociations, affirmant que les autorités tchadiennes instaurent un « mauvais climat de travail ». Vendredi 22 juillet, ils sont revenus sur leur décision.

Avec notre correspondante à Ndjamena, Aurélie Bazzara-Kibangula

Les groupes rebelles, dont le Fact, qui avaient suspendu leur participation reviennent finalement à la table des négociations. La décision a été prise après une rencontre avec le médiateur qatari.

La rencontre qui s’est tenue de 21 heures à 1 heure du matin, a permis « de lever les incompréhensions », affirme l’un des chefs rebelles, sans donner plus de précisions.

Vendredi soir, Mahamat Zene Cherif, ministre des Affaires étrangères, a déclaré dans un tweet : « Nous saluons la sage décision des groupes politico-militaires ayant suspendu leur participation aux pourparlers de paix de Doha de revenir sur leur décision dans l’intérêt de la paix. Le dialogue national inclusif à venir doit réunir tous les Tchadiens. » Le dialogue dont la date a été fixé le 20 août à Ndjamena.

Projet d'accord de paix

Autre rebondissement à Doha : un nouveau projet d’accord de paix a été remis aux deux parties. Le document de 15 pages acte un cessez-le-feu, la restitution des biens confisqué par l’État ou encore le programme de désarmement.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles