"Des négociations âpres avec TF1" : Marine Tondelier explique pourquoi Manuel Bompard (LFI) représentera le Nouveau Front populaire au débat du 25 juin

Marine Tondelier sur Public Sénat ce jeudi 20 juin 2024. - Public Sénat
Marine Tondelier sur Public Sénat ce jeudi 20 juin 2024. - Public Sénat

La secrétaire nationale des Écologistes (anciennement EELV) était l'invitée de "Bonjour chez vous" sur Public Sénat ce jeudi 20 juin 2024.

Un temps fort de la campagne des législatives. TF1 a annoncé, ce mercredi 19 juin 2024, qu'elle retransmettrait sur son antenne le mardi 25 juin à 21h, un débat opposant Gabriel Attal, Premier ministre et représentant de la majorité présidentielle, Jordan Bardella, président du Rassemblement national dont le mouvement est arrivé en tête aux élections européennes du 9 juin, et Manuel Bompard.

"Casser le format"

Le député La France insoumise portera donc les couleurs du Nouveau Front populaire, l'alliance construite par les Insoumis, communistes, socialistes et écologistes pour le scrutin des 30 juin et 7 juillet. Faut-il y voir là une prédominance de La France insoumise au sein du mouvement ? Invitée ce jeudi 20 juin de "Bonjour chez vous", la matinale de Public Sénat présentée par Oriane Mancini, Marine Tondelier a réfuté cette thèse puis révélé "les coulisses" des "négociations âpres" qui ont eu lieu avec TF1.

À LIRE AUSSI : Marine Tondelier (EELV) établit un lien entre "le racisme dans la police" et la "diffusion" de CNews dans les commissariats

"Quand TF1 décide d'organiser le débat avec Jordan Bardella et Gabriel Attal, déjà deux hommes, nous ce que nous disons, c'est que l'on veut y aller à quatre chefs de partis. S'il y a quatre sujets, on peut en faire chacun un. On peut avoir évidemment ensemble autant de temps de parole que les deux autres", a-t-elle proposé, essayant ainsi de...

Lire la suite


À lire aussi

Législatives 2024 : RTL bouleverse (encore) sa grille dès lundi
Box-Office : "Vice-Versa 2" signe le meilleur démarrage de l'année 2024 et détrône "Un p'tit truc en plus" d'Artus
"Nous refusons de nous effacer" : Pour la première fois de son histoire, Franceinfo privée de soirée électorale pour les législatives, les journalistes appellent Delphine Ernotte à faire machine arrière