Le négociant Glencore condamné à Londres pour des faits de corruption en Afrique

Reuters/Christian Hartmann

Le géant suisse du négoce de matières premières, Glencore, a été condamné jeudi par la justice britannique pour des faits de corruption en Afrique. La firme a été condamné à 320 millions d’euros d’amende.

La décision a été rendue par la Southwark Crown Court de Londres à la suite d'une enquête des autorités britanniques. Lancée en 2019, cette enquête a révélé que Glencore a versé, par l'intermédiaire d'employés et d'agents, des pots-de-vin à hauteur de plus de 28 millions de dollars. L’objectif était d’obtenir un accès préférentiel au pétrole du Nigeria, du Cameroun, de Côte d'Ivoire, de Guinée équatoriale et du Soudan du Sud.

Comportements « inexcusables »

L'entreprise a plaidé coupable et a été condamnée à 320 millions d’euros d'amende. « Les comportements constatés sont inexcusables et n'ont pas leur place chez Glencore », a commenté dans un communiqué le président de la société, Kalidas Madhavpeddi.

En rendant son verdict, le juge Peter Fraser a relevé non seulement des faits délictueux, « mais aussi des dispositifs sophistiqués pour les dissimuler, y compris le prélèvement d'importantes sommes en espèces à des fins déclarées légitimes, utilisées à des fins de corruption, comme des dépenses liées à l'ouverture d'un nouveau bureau ».


Lire la suite sur RFI