Le négociant Glencore écope d'une amende record pour corruption

C'est un coin du voile sur les pratiques de corruption dans le secteur des matières premières qui vient d'être levé. Le groupe Glencore plaide coupable de faits de corruption et de manipulation de marchés en Afrique et en Amérique latine. Le groupe anglo-suisse de négoce a annoncé avoir conclu des accords avec les justices de plusieurs pays : États-Unis, Grande-Bretagne et Brésil.

Glencore va payer de lourdes amendes, au moins un milliard de dollars aux États-Unis et 40 millions de dollars au Brésil pour avoir corrompu des agents publics dans la recherche de contrats pétroliers. Glencore est l'un des plus puissants groupe de négoce de matières premières au monde. Les enquêtes avaient été lancées aux États-Unis à partir de 2018.

Cette année-là, le département américain de la Justice assigne le groupe pour fraude et corruption dans ses opérations commerciales au Brésil, au Cameroun, au Nigeria, en Côte d'Ivoire et au Venezuela notamment. Faits pour lesquels Glencore a reconnu sa culpabilité et accepté de payer 700 millions de dollars d'amende.

Le groupe doit en outre régler une pénalité de 486 millions de dollars pour manipulation de prix sur les marchés pétroliers. Parallèlement, à Londres, le SFO, le Serious Fraud Office, lance en 2019 des enquêtes sur des faits similaires et découvre par exemple qu'au Cameroun, Glencore aurait versé au moins dix millions d'euros en pots-de-vin à des agents de la Société nationale des hydrocarbures et de la Société nationale de raffinage.

A lire aussi «Paradise Papers»: Glencore poursuivi par les affaires


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles