La négligence fiscale de Thomas Thévenoud à la barre

Libération.fr
Thomas Thévenoud, à son arrivée au tribunal, ce mercredi.

L'éphémère secrétaire d'Etat au Commerce extérieur comparaissait ce mercredi pour omission déclarative. Conscient d'avoir plombé son camp, il a fait amende plus ou moins honorable.

Thomas Thévenoud cherche les mots les plus justes, les balance en vrac faute de mieux: «J’ai été défaillant, négligeant. J’ai essayé plusieurs fois de me remettre dans les clous, mais les mêmes travers ont réapparu. Je cherche toujours l’explication de ce dysfonctionnement.» Le plus météorique des ministres de la Ve République (neuf jours à l’été 2014, à égalité avec Roger-Gérard Schwartzenberg en 1988) est poursuivi pour omission déclarative vis-à-vis du fisc. On est loin de l’affaire Cahuzac, autre ministre socialiste condamné pour la détention d’un compte en Suisse. Thévenoud n’a rien planqué, il n’a juste pas déclaré ses revenus, avec une insondable constance.

Les faits pénalement reprochés visent la période 2009-2013, quand les époux Thévenoud (sa femme, ancienne collaboratrice du président du Sénat, est également poursuivie même s’il prend la responsabilité de leur non-gestion fiscale) oubliaient tout simplement de déclarer leurs revenus. Des premières mises en demeure, assorties d’une pénalité de 10%, ne les poussent pas à remettre de l’ordre dans leur gourbi administratif. Suivront des avis à tiers détenteurs, à l’Assemblée nationale comme au Sénat, assortis en 2013 d’une pénalité de 40%. Jusqu’au climax de sa nomination au gouvernement, fin août 2014, lié à la démission de Montebourg et Hamon. Subitement, Thévenoud croit utile de se «remettre dans les clous«, tâchant de remettre fissa un chèque de 41 000 euros au fisc. Trop tard, la polémique faisant le reste.

«Simple comme bonjour»

A la barre, le ministre déchu qui ne se représentera pas aux prochaines législatives (et sans avoir de plan B en tête) plaide coupable en se cherchant non pas des excuses mais des circonstances, plus ou moins atténuantes: «Il n’y avait aucune dissimulation, tromperie ou malveillance vis-à-vis (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Un an de prison avec sursis requis contre l’ex-secrétaire d’Etat Thévenoud pour fraude fiscale
Marseille: plusieurs centaines de manifestants protestent contre un meeting de Marine Le Pen
Enquête Pisa: les ados bien dans leurs baskets au bahut
A Nantes, Le Drian «de plain pied» avec Macron
Politique de la ville: grand oral devant les Maires de France

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages