Comment est né le secrétariat du Père du Noël qui fête ses 60 ans

Little boy write Christmas wishes to Santa
Kseniya Ovchinnikova / Getty Images Little boy write Christmas wishes to Santa

FÊTES - « PS : n’oublie pas mes petits souliers ». Les enfants ont jusqu’au 20 décembre pour écrire au Père Noël, dont le célèbre secrétariat installé par La Poste à Libourne (Gironde), qui fête ses 60 ans cette année, rouvre ses portes ce mardi 15 novembre.

Les enfants peuvent écrire au Père Noël de deux façons, en optant pour une lettre traditionnelle ou pour la voie électronique, a indiqué lundi La Poste.

Sur l’enveloppe de leur lettre, les enfants pourront simplement écrire « Père Noël », sans oublier leur adresse au verso pour être sûr de recevoir une réponse. La lettre au Père Noël n’a pas besoin de timbre. Ils peuvent aussi choisir la version électronique sur le site pere-noel.laposte.fr en choisissant « écrire au Père Noël ».

Le Père Noël et sa soixantaine de lutins --des postiers volontaires et des intérimaires-- s’engagent à répondre gratuitement, en français ou en anglais, à tous les enfants et aux classes. Les enfants « recevront une belle lettre du Père Noël accompagnée d’une carte postale à colorier qu’ils pourront envoyer à leur famille et à leurs amis », précise La Poste dans un communiqué. L’an dernier, le groupe public a reçu 1,2 million de lettres destinées au Père Noël, selon une porte-parole.

La plume de Françoise Dolto

Initié en 1962, ce service gratuit des PTT avait à l’époque reçu 5.000 lettres d’enfants, qui avaient en retour trouvé dans leur boîte une réponse-type rédigée par la célèbre pédiatre et psychanalyste Françoise Dolto, laquelle était la soeur du ministre des Postes Jacques Marette.

« Mon enfant chéri, ta gentille lettre m’a fait beaucoup de plaisir. Je t’envoie mon portrait. Tu vois que le facteur m’a trouvé, il est très malin. J’ai reçu beaucoup de commandes. Je ne sais pas si je pourrai t’apporter ce que tu m’as demandé. J’essaierai, mais je suis (très) vieux et quelquefois je me trompe, il faut me pardonner. Sois sage, travaille bien. Je t’embrasse fort. Le Père Noël », écrivait-il alors.

Le ministre avait pris cette initiative après avoir appris que deux postières, Odette Ménager à Nueil-sur-Layon (Maine-et-Loire) et Magdeleine Homo à Veules-les-Roses (Seine-Maritime), répondaient elles-mêmes aux lettres envoyées au Père Noël, a raconté La Poste.

À voir également sur Le HuffPost :

Lire aussi