Un mystérieux signal radio nous arrive depuis la galaxie NGC 2082

Du centre de la galaxie NGC 2082, une galaxie spirale située à environ 60 millions d'années-lumière dans la constellation de la Daurade, nous arrive un puissant signal radio d'origine inconnue. Révélé par des astronomes lors de campagnes d'observations effectuées en 2019 et 2021 par différents télescopes, il répond au doux nom de J054149.24–641813.7.

Dans une étude publiée sur arXiv, ses découvreurs ont émis plusieurs hypothèses sur sa provenance, notamment en le comparant à d'autres signaux radio identifiés. Il rappellerait notamment, par son indice spectral et sa luminosité élevée, les sursauts radio rapides, souvent raccourcis par l'acronyme FRB pour « Fast Radio Burst ». Ces flashs mystérieux sont capables de libérer en quelques millièmes de seconde, autant d'énergie que le Soleil en une journée, mais leur origine reste non identifiée à ce jour.

Ici, l'image prise par le télescope spatial Hubble en 1997, à laquelle sont superposés des contours établis par l'Australian Square Kilometre Array Pathfinder et l'Australian Telescope Compact Array. L'image en bas à gauche montre un zoom avant sur la source radio, qui se trouve à seulement 20 secondes d'arc du centre de la galaxie NGC 2082. © Balzan et al., 2022
Ici, l'image prise par le télescope spatial Hubble en 1997, à laquelle sont superposés des contours établis par l'Australian Square Kilometre Array Pathfinder et l'Australian Telescope Compact Array. L'image en bas à gauche montre un zoom avant sur la source radio, qui se trouve à seulement 20 secondes d'arc du centre de la galaxie NGC 2082. © Balzan et al., 2022

Un quasar ou une radiogalaxie

Malheureusement, J054149.24–641813.7 n'atteint pas un niveau de luminosité suffisant pour être assimilé à un sursaut rapide, selon les chercheurs. Peu de candidats restent alors dans la course : parmi eux, figurent les quasars, les pulsars et certaines nébuleuses ou radiogalaxies. Mais presque chaque hypothèse a pour l'instant été écartée. Trop lumineuse pour correspondre à un rémanent de supernova mais « pas assez brillante pour être une radio persistante source avec un progéniteur FRB intégré », cette mystérieuse source possède un indice spectral plat, c'est-à-dire une source qui serait d'origine thermique.

Cet indice spectral élimine de plus une autre possibilité : le pulsar, un signal périodique provenant d'une étoile à neutrons...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles