De mystérieux objets G découverts autour du trou noir supermassif de la Voie lactée

Laurent Sacco, Journaliste

Pendant la première décennie du XXIe siècle, deux équipes d’astronomes ont cherché à mieux comprendre les trous noirs supermassifs et leur croissance conjointe avec les galaxies — indiquée par la proportionnalité quasi-constante entre les masses des galaxies abritant ces astres compacts et leurs masses. Ils ont fait deux étranges découvertes en prenant comme laboratoire d’étude le trou noir supermassif le plus proche dans une galaxie, à savoir Sgr A* dans la Voie lactée.

Rappelons que les grandes galaxies possèdent un trou noir supermassif central dont la masse est comprise entre quelques millions et quelques milliards de masses solaires. Ces trous noirs sont à l’origine des quasars quand ils accrètent de grandes quantités de gaz. Mais on ne sait pas comment ces trous noirs sont apparus, ni d’où ils tirent la matière qui les alimente lorsqu’ils se transforment en noyaux actifs de galaxies — même si l’on pense qu’interviennent des courants froids comme l’expliquait à Futura le cosmologiste Romain Teyssier.

Toujours est-il que l’équipe menée par Andrea Ghez, du Département de physique et d'astronomie de l'Université de Californie à Los Angeles (Ucla), a ainsi fait la découverte en 2005, au voisinage de Sgr A*, d’un astre plus tard baptisé objet G1. En 2011, Reinhard Genzel, de l'Institut Max Planck, lancé lui aussi depuis longtemps dans l’étude du trou noir supermassif de notre Galaxie mais avec le VLT de l'ESO, annonçait avec ses collègues la découverte d’un second objet très similaire à G1 et baptisé pour cette raison G2. Dans les deux cas, les premières mesures indiquaient que l’on était probablement en présence de nuages de gaz très poussiéreux.


Explications de la découverte de G2 annoncée en 2011 ainsi que des observations que l'on s'attendait à faire lorsqu'il allait passer vers 2013 au plus proche de Sgr A*. Pour voir les sous-titres, cliquez sur « CC », puis sur « traduire les sous-titres » pour choisir la langue en cliquant dans la barre. Sélectionnez...

> Lire la suite sur Futura