Les mystérieux dessous de l'échange de prisonniers entre la Syrie et Israël

·1 min de lecture

C'est une mystérieuse affaire qui s'est dénouée grâce à une médiation russe. Une jeune Israélienne, passée de sa propre volonté en Syrie, est de retour en Israël. Les Israéliens en échange ont libéré deux bergers et réduit la peine de deux prisonniers de sécurité. Mais un grand secret entoure cet échange.

Avec notre correspondant à Jérusalem, Michel Paul

C’est le titre qui barre la une de Haaretz, le quotidien d’opposition en Israël. L’acquisition de centaines de milliers de doses du vaccin russe Spoutnik V destinées au régime du président Assad en Syrie en échange de la jeune Israélienne.

Et les explications du Premier ministre Benyamin Netanyahu sont bien évasives. « Je peux dire que pas un vaccin israélien n'a été livré dans cette affaire. Aucun. Nous avons rapatrié la jeune femme. Je suis content que nous ayons pu le faire. Je remercie le président Poutine. Et, à la demande de la Russie, je n’ajouterai rien. Je respecte cette requête. »

La jeune Israélienne rapatriée via Moscou est interrogée à l’heure actuelle par le Shin Bet, le service de la sécurité intérieure en Israël. Dans son entourage, on affirme que la jeune femme n’est pas stable mentalement et qu’elle n’en est pas à sa première tentative.

Dans l’opposition, on qualifie cette étrange affaire de gigantesque manipulation électoraliste du Premier ministre israélien, à tout juste un mois des nouvelles législatives.

Dans les milieux militaires on pose une autre question : comment une personne non entraînée a pu relativement aisément franchir les lignes de défense israéliennes à sa frontière avec la Syrie ?

À lire aussi : Israël et la Syrie ont échangé des prisonniers sous les auspices de la Russie