Le mystère de la nébuleuse de l'anneau bleu est enfin résolu

Laurent Sacco, Journaliste
·2 min de lecture

Il a fallu attendre les années 1920 pour que les astronomes commencent à avoir une idée claire de ce qui se cachait derrière les objets qu’ils observaient et qu’ils appelaient des nébuleuses. L’une des toutes premières, découverte et observée grâce à l’ère de l’astronomie avec des lunettes et des télescopes de Galilée et Newton, avait été la nébuleuse d’Orion et c’est au Français Nicolas-Claude Fabri de Peiresc qu’on le doit en 1610.

Le nombre de ces objets débusqués va croître au siècle suivant au point que l’astronome Charles Messier va constituer son célèbre catalogue de nébuleuses, dont le plus important est celui publié en 1781. Il contenait alors une centaine d’objets diffus au télescope, donc nébuleux, qu’il convenait de ne pas confondre avec des comètes, les objets principaux des travaux de Messier. Ces nébuleuses sont depuis désignées par un « M », pour honorer Messier, suivi d’un nombre. La nébuleuse d’Orion est ainsi M 42 alors que la galaxie d’Andromède est désignée par M 31, la nébuleuse du Crabe par M 1 et la nébuleuse de l'Haltère par M 27 (on utilise aussi parfois la dénomination « Messier » suivie d’un nombre ainsi, par exemple, M 31 s’écrit aussi Messier 31).

Mais, jusqu’à Hubble et la montée en résolution des télescopes, suivie de l’ouverture d’autres fenêtres astronomiques via la radioastronomie et l’astronomie X, personne ne faisait vraiment de distinction entre ces nébuleuses qui sont pourtant de nature et d’origine différentes. Ainsi, pour reprendre dans l’ordre les exemples précédents, on est en présence d’un amas ouvert de jeunes étoiles dans la Voie lactée, d’une grande galaxie spirale, d’un reste de supernova et enfin d’une nébuleuse planétaire.


Le satellite Galaxy Evolution Explorer mission (Galex) était un télescope spatial en orbite qui observait les galaxies en lumière ultraviolette à travers 10 milliards d'années d'histoire cosmique. Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle blanc en bas à droite....

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura