Le mystère du long cou des girafes s’éclaire avec cette découverte

Il y a près de 200 ans, deux visions de l’évolution s’opposaient avec comme exemple le classique long cou des girafes. Lamarck justifiait leur long cou en pensant qu’ils s’étaient étirés de plus en plus pour accéder aux feuilles en hauteur, alors que Darwin soutenait dans son célèbre livre Théorie de l’évolution que c’était le résultat direct d’une sélection naturelle favorisant l’accès à la nourriture en étant moins soumis à la concurrence.

Selon la théorie de Lamarck, le cou des girafes s'est allongé à cause de la nécessité d'attraper leur nourriture en haut des arbres. Darwin propose que la sélection naturelle a avantagé les girafes au long cou car elles pouvaient se nourrir facilement loin de la concurrence, et que un caractère dont hérité leur descendance. © Ecololo, Flickr, CC by-nc-sa 2.0
Selon la théorie de Lamarck, le cou des girafes s'est allongé à cause de la nécessité d'attraper leur nourriture en haut des arbres. Darwin propose que la sélection naturelle a avantagé les girafes au long cou car elles pouvaient se nourrir facilement loin de la concurrence, et que un caractère dont hérité leur descendance. © Ecololo, Flickr, CC by-nc-sa 2.0

On sait maintenant que l’évolution n’est pas un long fleuve tranquille et qu’elle fonctionne davantage par poussées avec des phases d’impasse et des phases de stabilité ; donc Lamarck se trompait mais Darwin n’avait pas non plus complètement raison. Et on continue encore d’en apprendre !

Les nouvelles informations du XXIe siècle

L'analyse d’un fossile unique de la tête et du cou d’un ancêtre des girafes apporte une nouveauté sur le mode de sélection auquel elles faisaient face. Ce fossile provient d’une espèce jusque-là inconnue, il a été trouvé au nord de la Chine et date du début du Miocène, il y a environ 16,9 millions d'années. Wang et ses collègues de l’Académie chinoise des sciences (IPVP) l’ont analysé et ont partagé leurs résultats sur Science. Le fossile possède des os du crâne très épais avec un grand couvre-chef en forme de disque, une série de vertèbres cervicales extrêmement épaisses et des articulations tête-cou les plus compliquées connues à ce jour chez les mammifères.

Reconstitution du paysage de la communauté Halamagai et estimations de la masse corporelle des ruminants. Les lettres minuscules correspondent à : a, Discokeryx xiezhi gen. et sp. nov.; b,...
Reconstitution du paysage de la communauté Halamagai et estimations de la masse corporelle des ruminants. Les lettres minuscules correspondent à : a, Discokeryx xiezhi gen. et sp. nov.; b,...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles