Le mystère de l'inégale domestication des lapins expliquée par l’éthologie

·2 min de lecture

Au moment de la rencontre entre l’Ancien et le Nouveau Monde, au 16e siècle, les lapins qui s’épanouissaient sur le sol américain n’avaient pas été domestiqués par les habitants du continent. Aujourd'hui encore, les lapins domestiques sont issus d'une espèce européenne. Une étude américaine revient sur ce mystère.

Aujourd’hui, la famille des léporidés (lièvres et lapins) comprend 11 genres et 63 espèces. Mais le lapin européen, Oryctolagus cuniculus, est la seule espèce à avoir été domestiquée, alors même qu'il y a plus d’espèces de lapins originaires du territoire américain. Sa particularité ? Il serait plus sociable que ses congénères !

Comprendre le phénomène de domestication par l’éthologie

Une espèce est dite domestiquée par l’Homme lorsque celle-ci exerce, depuis plusieurs générations, une influence significative sur la reproduction et les soins des individus de l’espèce. En Europe, la domestication du lapin européen, originaire du sud de la France et de la péninsule ibérique, a eu lieu progressivement au cours des 1500 dernières années, alors que le lapin était élevé pour sa viande et sa fourrure.

Mais si les espèces originaires d’Amérique n’ont pas été domestiquées, ce n’est pas parce que leur chemin n’a pas croisé celui des Hommes. Les fouilles menées sur le site de Teotihuacán, une ville majeure du Mexique, il y a 2.000 ans, ont révélé l’omniprésence du lapin dans le quotidien des populations précolombiennes, dans l’alimentation comme dans la culture ou la religion. Le fait que davantage de restes aient été retrouvés au centre de la ville que dans ses périphéries, trahit aussi la présence d’élevages.

Comment expliquer, si ce n’est par la culture, que les lapins américains n’aient pourtant pas été domestiqués ? Andrew Somerville, de l’Université de l’Iowa, et Nawa Sugiyama, de l’Université de Riverside, en Californie, ont tenté de résoudre cette énigme. Dans un article publié dans , ils proposent une explication, d’après l‘étude comparative des comportements d’une espèce américaine, le lapin à queue blanche, Sylvilagus floridanus, et de l’espèce européenne, Oryctolagus cuniculus, également connu sur le nom de lapin de Garenne.

Description de cette image, également commentée ci-après
Description de cette image, également commentée ci-après

Lapin à queue blanche. Crédits : domaine public

La domestication d'un animal serait facilitée par sa sociabilité

On savait déjà que la cap[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles