Mystère de Kristin Smart : le procureur fait de nouvelles révélations sur le suspect

·2 min de lecture

Alors que le principal suspect dans l’enquête sur la disparition de Kristin Smart a été arrêté aux Etats-Unis, le procureur a révélé mercredi que l’homme avait tenté de violer la jeune femme avant de la tuer.

De nouvelles révélations sur la disparition de Kristin Smart. Mercredi, le procureur du comté de San Luis Obispo, en Californie, a donné de nouveaux détails sur l’enquête sur la mort de la jeune femme, dont le corps n’a jamais été retrouvé. Elle s’était volatilisée en 1996 et la police a passé plusieurs décennies à tenter de résoudre ce mystère. En début de semaine, l’homme soupçonné depuis des années d’être responsable de sa disparition, a enfin été arrêté. Mercredi, le procureur Dan Dow a expliqué que Paul Flores avait «provoqué la mort de Kristin après avoir essayé de la violer». Il a ajouté que «l’incident s’est probablement déroulé dans la chambre étudiante de Paul Ruben». Il est soupçonné de meurtre et a été incarcéré sans possibilité de remise en liberté sous caution. Son père Ruben Flores, est de son côté inculpé pour complicité de meurtre. L'avocat de Ruben Flores a cependant déclaré au magazine «People» qu'il «ne croit pas qu'il existe des preuves, en particulier des preuves matérielles objectives, que mon client a commis un crime.»

Paul Flores, étudiant tout comme Kristin Smart à l’Université d’Etat de San Luis Obispo, avait été le dernier à la voir vivante. La veille de sa disparition, il lui avait proposé de la raccompagner chez elle après une fête au cours de laquelle elle avait beaucoup bu. Interrogé à l’époque, Paul Flores avait expliqué avoir conduit la jeune fille de 19 ans jusqu’à sa chambre avant de finalement la laisser finir sa route seule. Détail important à l’époque, le lendemain de la disparition, l’étudiant avait un œil au beurre noir. Les chiens renifleurs de la police avaient également conduit les agents jusqu’à la chambre du garçon. Selon le «Tribune» de San Luis Obipso, Paul Flores a(...)


Lire la suite sur Paris Match