Myopie : la chirurgie réfractive, une alternative aux lunettes ou aux lentilles

Dans la majorité des cas, la myopie peut être corrigée en utilisant différentes techniques de laser, en fonction de l'atteinte plus ou moins forte de l'affection.

Cet article est extrait du mensuel Sciences et Avenir - La Recherche n°903, daté mai 2022.

Chaque année en France, 150.000 myopes optent pour les techniques dites de chirurgie réfractive. Toutes reposent sur l'utilisation de lasers sculptant la cornée au micromètre près. Cette partie antérieure transparente qui recouvre l'œil, devant l'iris et la pupille, a pour rôle de transmettre la lumière au cristallin et à la rétine. Et c'est sur sa courbure que les chirurgiens interviennent, en la modifiant plus ou moins en profondeur, au centre et en périphérie.

Des lasers plus maniables

"Une cornée mesure 550 micromètres et notre fourchette d'intervention est au maximum de 20 % d'ablation, soit environ moins 100 micromètres ", précise le Pr Alexandre Denoyer, chirurgien ophtalmologue au CHU de Reims. Apparue dans les années 1990, la technique pionnière est le laser à excimère, suivie du Lasik (Laser-Assisted In-Situ Keratomileusis) (Lire S. et A. n° 706, n° 828). Mais depuis dix ans, le Lasik perd du terrain au profit d'autres approches plus récentes, avec des lasers plus maniables : "Smile (Small Incision Lenticule Extraction) et plus récemment la Trans PKR (photokératectomie réfractive transépithéliale), la seule 100 % laser, sans aucun contact d'instrument avec l'œil ", résume le spécialiste. Cette diversité de techniques permet de s'adapter aux situations : Lasik ou PKR pour des myopies faibles (de -0,25 à -2,5 dioptrie), Lasik ou Smile pour les moyennes ou trans PKR dans la plupart des cas.

Un bilan préopératoire complet

Mais tous les myopes ne sont pas opérables, avertit l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Car même si la technique est efficace (moins de 1% de réinterventions, peu de complications), il faut attendre environ l'âge de 25 ans, âge moyen de stabilisation de la myopie et également respecter les contre-indications, par exemple une cornée trop fine. D'où l'importance de s'adresser à un chirurgien expérimenté qui réali[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles