Mykolaïv : un zoo dans la guerre

Par une belle journée ensoleillée, le zoo de Mykolaïv, dans le sud de l'Ukraine, est si paisible que les visiteurs peuvent laisser la guerre derrière eux quelques instants. Mais la vue des débris de roquettes tombés ici un peu plus tôt et le bruit des explosions lointaines nous ramènent à la réalité : la ligne de front sud de la guerre entre la Russie et l'Ukraine se situe à quelques kilomètres. Le zoo est aujourd'hui l'un des rares lieux ouverts au public.

"C'est un endroit merveilleux où nous pouvons nous distraire, nous détendre, passer du temps avec les enfant, les divertir, les intéresser et leur apprendre quelque chose. Les jardins d'enfants ne fonctionnent pas maintenant, alors nous essayons de continuer à apprendre comme nous pouvons", explique Tetiana, habitante de la ville.

Natalia Liubchenkova/Euronews
Tetiana, habitante de la ville de Mykolaiv, près de la ligne de front, sud de l'Ukraine - Natalia Liubchenkova/Euronews

Pour garder les animaux en bonne santé dans ces circonstances, ce zoo, l'un des plus anciens d'Ukraine, a dû apprendre le système D. Il a ainsi dû trouver de l'eau potable pour les animaux, leur fournir de la nourriture et des médicaments malgré de sérieux problèmes de logistique, et assurer la sécurité des employés et des visiteurs.

"Nous n'avons pas d'eau douce potable en ville, l'eau salée d'un estuaire coule dans le robinet, nous apportons de l'eau douce ici pour que les animaux puissent boire, de tels réservoirs voire des plus grands se trouvent dans chaque département", précise Yuriy Kyrychenko, le directeur adjoint du zoo.

Sa direction affirme qu'aujourd'hui, le zoo de Mykolaïv existe uniquement grâce à l'aide de bénévoles ukrainiens et étrangers, au soutien de parcs en dehors de l'Ukraine et aux dons : des personnes du monde entier achètent ainsi en ligne des billets pour le zoo afin de le soutenir.

Grâce à cela le site survit tant bien que mal. Une vie suspendue entre deux bombardements de l'artillerie et de l'aviation russes.

"Chaque jour, en disant au revoir, nous espérons que le lendemain, nous nous reverrons . C'est notre vie aujourd'hui", se désespère Yuriy Kyrychenko.

Le plus grand défi est maintenant l'arrivée de l'hiver. L'infrastructure de chauffage et l'approvisionnement en électricité de la ville sont dans le viseur de la Russie. L'équipe du zoo affirme qu'elle fera tout pour assurer la sécurité des animaux, mais combien de temps cela pourra-t-il durer ?