Comment mute un virus ?

·2 min de lecture

Au cœur de la crise sanitaire liée à l'épidémie de Covid-19, de nombreux termes ont pris place dans le débat public : virus, mutations, variants… Sciences et Avenir fait le point sur ces notions et les mécanismes à l'œuvre.

Virus, mutations, variants : ces mots sont omniprésents dans notre quotidien depuis 2020 et l'épidémie de Covid-19. Pour autant, les mécanismes reliant ces trois notions ne sont pas toujours faciles à comprendre. Sciences et Avenir vous explique le processus de mutation d'un virus et l'apparition de variants.

ADN et ARN : le matériel génétique des virus

Il faut tout d'abord savoir que comme les êtres vivants, les virus sont dotés d'un matériel génétique (ADN ou ARN). Le nom complet de l'ADN est l'acide désoxyribonucléique (vous avez probablement dû l'apprendre par cœur en cours de SVT). C'est une molécule portant une information génétique (le génome), elle est présente dans le noyau de quasiment toutes les cellules, ainsi que dans de nombreux virus.

Cette molécule est indispensable au fonctionnement, au développement et à la reproduction des êtres vivants. En tant que code génétique, l'ADN permet la synthèse de protéines via l'ARN messager. De fait, la molécule d'ARN (acide ribonucléique) copie et délivre le message génétique de l'ADN hors du noyau de la cellule afin de permettre la création de protéines, indispensables au fonctionnement de nos cellules. L'acide ribonucléique tient son nom des riboses (sucres) et des nucléotides (adénine, cytosine, guanine, uracile) qui le composent.

Lorsque le virus se réplique, il peut être sujet à des modifications : ce sont les mutations. Quand il y a un échange de matériel génétique entre plusieurs virus, on a à faire à ce que l'on qualifie de recombinaisons. Comme le précise l', un variant est donc un virus porteur d’une ou plusieurs nouvelles mutations du virus initial.

La mutation : indispensable à la survie du virus

Les virus se multipliant rapidement et en grand nombre, ils ont un plus grand potentiel que les organismes cellulaires à générer des mutations dans un laps de temps court. De plus, les virus à ARN, comme c'est le cas des coronavirus, ont plus tendance à muter que ceux à ADN. "Cela tient à leur façon de réplique[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles