Mutation Covid-19 : variants anglais, sud-africain... Ce que l'on sait

·1 min de lecture

Muter, c'est l'astuce des virus pour garder une longueur d’avance sur nos défenses immunitaires. Concrètement, lorsque nous produisons des anticorps pour nous défendre contre un virus, celui-ci cherche à se modifier pour échapper à la vigilance de nos anticorps et ainsi pour mieux contre-attaquer. En somme, notre propre système immunitaire pousse malgré lui le Covid-19 à s'adapter et à développer de nouvelles variantes pour survivre.

Ces mutations peuvent n’avoir "aucune conséquence", confirme l'Inserm. D’autres en revanche "peuvent avoir un impact par exemple sur la transmissibilité du virus ou sur la gravité de la maladie." Si les mutations favorisent la circulation du virus (on dit que ces mutations sont sélectionnées positivement), elles entraînent alors l’implantation du nouveau variant, qui peut en quelques mois seulement devenir le variant dominant.

Trois variants du Covid-19 sont scrutés par les autorités sanitaires.

  • Le variant sud-africain 501.V2

  • Le variant britannique VOC 202012/01

  • Le variant japonais

Au 14 janvier, 87 cas de contamination par le variant anglais "VOC 202012/01" et 4 cas de contamination par le variante sud-africain "501.V2" ont été confirmés par le Centre national de référence (CNR) des infections respiratoires, informe un communiqué de la Direction générale de la Santé. Par ailleurs, "des investigations sont en cours autour de deux cas d’infection avérés par la variante 501.V2 en Ile-de-France et Pays-de-la-Loire."

La (...)

Lire la suite sur Topsante.com

Minceur : 6 postures de gainage à adopter
Pourquoi sommes-nous météo sensibles ?
Vaccin Covid et allergies : qui peut se faire vacciner ?
Inceste : une campagne soulève la violence de la question du consentement
Novembre, un mois pour sensibiliser au cancer du poumon