Les musulmans mangent-ils les enfants? Pour une théorie de la haine anti-musulmans

Thomas Guénolé

Nous assistons depuis quelques semaines à un déferlement de racisme anti-musulmans. Ce raz-de-marée de haine remet sur le devant de la scène et sous les projecteurs ce grand monstre mythologique de la France contemporaine: “l’ogre musulman”. 

L’ogre musulman veut imposer la loi islamique à toute la France. Il ne veut pas s’intégrer et il ne peut pas s’intégrer. Il est communautariste, choisissant de vivre entre ogres musulmans, de se marier entre eux, et d’engendrer ainsi de nombreux petits ogres afin d’aboutir au “grand remplacement” des “Français de souche”. Quel que soit le nombre de générations de parents français qui le précèdent, il est éternellement immigré, quitte à être baptisé absurdement “immigré de la troisième génération”. Il est très pratiquant de l’islam et plus il le pratique, plus il est susceptible de devenir un terroriste (ce qui revient à dire que l’islam serait terroriste par essence). Signe supplémentaire d’invasion, les ogresses portent massivement le voile et plus largement, parmi les musulmans dans leur ensemble, l’ogre musulman devient majoritaire. Au fur et à mesure de cette montée en puissance, le communautarisme musulman va ainsi islamiser la France. 

Ce prêche est un tissu de sottises. 

L’idée d’une incompatibilité de l’islam avec la République est fausse. Dans le monde réel, l’islam français n’existe que tel qu’il est vécu par nos habitants de confession musulmane. Or, ces derniers adhèrent aux valeurs de la République dans leur écrasante majorité. Par exemple, à la question “La laïcité permet-elle aux musulmans de pratiquer librement leur religion?”, plus de 70% des sondés musulmans répondent oui. Autre exemple, à la question “La loi islamique devrait-elle s’imposer par rapport aux lois de la République?”, plus de 70% répondent non. Autrement dit, l’affirmation “l’islam est incompatible avec la République” ne peut fonctionner qu’en s’attaquant à un islam français imaginaire. L’islam français réel, à travers les valeurs plébiscitées...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post