"Les musulmans de France doivent avoir une attitude sereine vis-à-vis des caricatures"

·1 min de lecture

Il avait créé la polémique, mardi, dix jours après l'assassinat du professeur Samuel Paty devant son collège de Conflans-Sainte-Honorine : Mohammed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman, avait appelé à "encadrer" la liberté de caricaturer au nom du "devoir de fraternité". Cinq jours plus tard, après avoir reconnu une maladresse, le dirigeant s'explique au micro d'Europe 1 sur la vision que devraient avoir, selon lui, les musulmans à propos des caricatures.

"Une réalité" à comprendre

"Je comprends évidemment que cela a suscité une incompréhension parce que certains ont eu le sentiment d'abdication face au terrorisme", avance Mohammed Moussaoui à propos de ses déclarations. "Ça n'est pas mon propos ni ce que je voulais exactement dire."

>> Retrouvez le journal de la mi-journée week-end en podcast et en replay ici

"Aujourd'hui, nous sommes face à une réalité que les musulmans de France doivent comprendre clairement : la liberté d'expression, la liberté de culte, la liberté de conscience sont un ensemble", appelle le responsable sur Europe 1. "Cet ensemble est protégé par notre loi et le président de la République l'a rappelé samedi. Cela fait partie des missions que le peuple français lui a confiées."

Moussaoui prône une nécessaire "distance"

Comment l'islam de France doit-il aujourd'hui aborder la question des caricatures, alors que plusieurs pays du monde arabo-musulman s'en sont pris à la France sur ce sujet ? "Les musulmans de France doivent avoir un...


Lire la suite sur Europe1