Musk, patron de Tesla et de Space X, ne serait-il plus en odeur de sainteté ?

*

Plus rien ne serait comme avant, la crise liée au coronavirus allait nous permettre enfin de nous recentrer sur l'essentiel, affirmaient beaucoup d'entre nous. C'est raté. Alors qu'Elon Musk comptait bien profiter du coronavirus pour instaurer « le monde d'après » en relançant l'activité de son seul site de production de voitures électriques Tesla, en Californie, il a dû faire face au refus des autorités locales au motif absurde qu'il y aurait une pandémie. Le milliardaire a eu beau expliquer que « Tesla en sait bien plus sur ce qu’il faut faire pour (reprendre la production) en toute sécurité, grâce à l’expérience acquise (...) en Chine, qu’un petit fonctionnaire par intérim même pas élu », son discours mesuré et touchant n'a ému personne. Devant tant d'insensibilité, celui que certains de ses fans n'hésitent pas à comparer à Iron Man a menacé de quitter la Californie, au péril de tous ses habitants.

Ce n'est pas la première fois que l'entrepreneur se heurte à la frilosité et à l'incompétence du reste du monde. Son initiative consistant à consteller le ciel de satellites Starlink -1584 sont prévus sous peu, 11.943 à l'horizon 2025 - n'a pas été appréciée à sa juste valeur par les astronomes, qui fustigent les longues traînées laissées par les satellites sur les images astronomiques au point de les rendre inutilisables. Comme si la priorité à l'heure de l'intelligence artificielle était encore de contempler benoîtement le ciel...

Lire la suite