Musique : Simple Minds, plus vivants que jamais

Yann Bertrand
Ils ont vendu des dizaines de millions d'albums - le dernier en date, "Walk Between Worlds" - est sorti au début du mois et ils sont en concert unique ce samedi à la Salle Pleyel à Paris ; les Ecossais de Simple Minds continuent à entretenir la flamme avec la même énergie qui les anime depuis plus de 40 ans.

Chez Simple Minds, les (nombreux) tubes du passé font place aux mélodies du présent. Ils sont toujours vivants, toujours productifs. L'année dernière, le groupe toujours emmené par le duo inséparable Jim Kerr-Charlie Burchill avait revisité son répertoire façon acoustique, c'est même ce qui a donné l'énergie pour le nouvel album, Walk Between Worlds, disponible depuis deux semaines. Avec son inimitable accent écossais, Jim Kerr l'affirme : "Pour moi, ce qu’il y avait de bien avec le disque acoustique, c’est la beauté des mélodies de Charlie : il n’est pas connu comme étant un dieu de la guitare, mais c’en est un !"


Et cette amitié, cette admiration mutuelle forgée dans les rues de Glasgow remonte à très loin, près de 50 ans en fait : "Pour nous, c’est encore plus incroyable car avec Charlie, on vivait dans la même rue, on s’est rencontrés quand on avait 8 ans."

On aurait eu honte d’arrêter mais on aurait eu honte, aussi, de continuer comme des vieillards qui ne savent pas ce qu’ils font !

Jim Kerr, chanteur de Simple Minds

Simple Minds, groupe militant, Mandela Day dans toutes les têtes mais plus sur le même plan aujourd'hui. Pour Jim Kerr, "Que puis-je vous dire à propos de Donald Trump que vous ne sachiez déjà ? Ou du Brexit ? En vieillissant vous vous rendez compte que ces choses n’ont pas beaucoup d’importance, ces gens-là seront oubliés, tout sera oublié… Désormais, on essaie d’écrire sur des choses bien (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi